Chaque semaine,
découvrez nos
nouvelles astuces
et actualités

Retrouvez nous aussi sur acebook en savoir plus
Vous souhaitez être rappelés ?
19Juil
Actualité

Retard de livraison : comment faire face à vos clients

Vous avez pris du retard et ne pouvez honorer votre carnet de commandes. Et les vacances approchant, il vous est impossible de respecter la date d’exécution de votre prestation ou de livrer le bien. Adoptez les bons réflexes.

Les raisons du retard Si le retard est imputable à un autre corps d’artisan ou aux conditions climatiques, vous pouvez vous déresponsabiliser. En effet, dès lors que vous avez mis cela dans vos conditions générales qui sont avec le devis ou le bon de commande, votre client ne pourra pas vous le reprocher. Si le retard vient d’un événement relevant de la force majeure, c’est-à-dire que cela vous est extérieur, imprévisible et irrésistible, vous serez exonéré de toute responsabilité. L’exemple le plus parlant est la tempête. Là encore il faudra que vous ayez envisagé la force majeure dans vos conditions générales. Il faut pour cela vous protéger et insérer une clause du type : « Dans tous les cas, le délai d’exécution sera prolongé de la durée des journées d’intempéries, des périodes de grève ou de congés payés, et en cas de force majeure. De même, dans tous les cas, les interruptions de travaux provoquées par le client ou son représentant, par d’autres corps d’état ou par l’administration prolongent autant que de besoin le délai d’exécution. » Ainsi, dans ces conditions, s’il vous est impossible de respecter la date initiale prévue, le client ne pourra pas vous faire supporter le retard. Il en est de même pour la livraison d’un bien, si celle-ci prend du retard à cause de votre fournisseur ; il faut pouvoir vous exonérer de votre responsabilité. Si le retard est de votre propre faute, un manque de main d’œuvre, une mauvaise organisation, une sous-estimation du travail à faire, etc. vous allez devoir reconnaître votre responsabilité. En effet, sachez que la date qui était prévue était contractuelle puisqu’elle était inscrite sur le devis ou le bon de commande donc si vous ne la respectez pas vous pouvez être condamné à payer des dommages et intérêts pour non-exécution du contrat. Vous avez donc tout intérêt à trouver un arrangement à l’amiable en concédant une réduction de prix, car vous perdrez forcément plus d’argent s’il vous poursuit en justice. Prévenir du retard Dès que vous voyez que vous allez prendre du retard par rapport au délai initial prévu pour terminer la prestation ou pour livrer le bien, avertissez votre client par lettre recommandée avec accusé de réception afin qu’il ne puisse pas vous reprocher de ne pas avoir été mis au courant. Précisez dans le courrier à quoi est dû le retard. Et même s’il vous est imputable, prévenez-le, car si vous avez la correction de prévenir du retard, le client sera toujours plus enclin à la discussion et à trouver un terrain d’entente. Pour éviter tout retard, essayez d’anticiper un maximum tous les problèmes que vous pourriez rencontrer, par exemple le manque de main d’œuvre. Assurez-vous que votre fournisseur a du stock si c’est une livraison de bien. Mettez un délai suffisamment long sur votre devis, mieux vaut avoir de l’avance que du retard. N’hésitez pas à indiquer une estimation pour la fin du chantier plutôt qu’une date précise. Par exemple, indiquez sur vos devis « les travaux seront exécutés dans un délai de 18 mois à compter de la signature du devis ». Si votre client indique un délai d’exécution qui vous semble trop court, revoyez ce délai avec lui pour qu’il soit modifié en amont. N’acceptez pas un délai pour faire plaisir au client si vous savez que ce sera trop court : acceptez uniquement un délai réalisable. Prévoyez dans vos conditions générales de vente une exonération de responsabilité pour les cas où le retard ne vous est pas imputable ou relève de le force majeure. Et même s’il est de votre responsabilité, prévenez toujours votre client par LRAR pour faciliter la discussion et trouver un arrangement !

Remonter